Catégorie: (3)

Vente exclusive par Mainstreet Real Estate

Mainstreet Real Estate est fière de présenter ce magnifique projet résidentiel développé par la Compagnie de Construction Luxembourgeoise, CDCL.

Sur les hauteurs de Kopstal, se construira un très beau projet résidentiel passif haut de gamme à 9 unités, dont 3 maisons unifamiliales et 3 maisons bi-familiales.

Les Oseraies de Kopstal tirent leur nom de l’histoire même de la ville de Kopstal qui fut choisie en son temps par les établissements des Champagnes Mercier. Ce nouveau projet domine ainsi la belle vallée «Weidendall» où Mercier s’établit pour donner naissance à l’industrie de la vannerie dont l’histoire est intimement liée.

Implanté sur les hauteurs de Kopstal, ce projet offre une vue exceptionnellement dégagée sur la vallée de Kopstal et bénéficie des dernières technologies. Profitez de la proximité vers le centre-ville, sans renoncer à l’espace et à la liberté. Située à 10 minutes du centre-ville de Luxembourg, la commune de Kopstal se montre sous son meilleur jour : grâce au bois « Bambësch », haut lieu du sport et des loisirs, la nature est juste devant votre porte. En parfaite harmonie avec le cadre naturel, l’architecture sobre et moderne permet une exploitation optimale de l’espace et des perspectives intelligentes tout en préservant l’intimité de chacun. Cette sensation de liberté vous accompagne aussi à l’intérieur grâce à des fenêtres panoramiques du sol au plafond, des volumes généreux et des détails d’aménagement harmonieux.

Le soin apporté à la construction et la qualité des matériaux assureront un confort inconditionnel aux futurs résidents, dans le respect des exigences strictes en termes d’économies d’énergie et de bonne gestion des ressources.

Cette très belle construction à l’architecture contemporaine offrira à ses résidents un accès privilégié à une nature verdoyante et pourtant si proche de la ville.

Ses résidents pourront apprécier une tranquillité d’esprit presque inégalée au Luxembourg.    

https://spark.adobe.com/page/icF1Dfu6Yfd1Y/

Le projet d’exposer de l’art dans nos locaux est sur le point de se concrétiser. Rendez-vous le 25/10!

Au premier abord, cela peut sembler un peu incongru de la part d’une agence immobilière de vouloir exposer de l’art. A y regarder de plus près, il y a une certaine logique à le faire. Il y a 4 ans, Mainstreet reprenait les locaux d’une ancienne galerie d’art, dont l’agencement particulier avait été conçu prioritairement pour exposer de l’art. L’agencement des locaux nous avait tellement plu que nous l’avons gardé tel quel depuis lors. Mais l’idée de faire revivre la galerie d’art ne nous avait jamais traversé l’esprit. Jusqu’à aujourd’hui.

En effet, pendant toutes ces années les salles du bas servaient à exposer plutôt des parquets et des fenêtres que des tableaux. Il y a quelques mois nous avons voulu faire place nette en nous débarrassant de tous ces objets devenus encombrants et, c’est là que nous avons retrouvé la salle originelle, telle qu’elle se présentait à l’époque de la galerie.

C’est en recherchant un nouveau souffle et une nouvelle décoration à nos locaux que l’idée d’exposer des tableaux a émergé pour ensuite devenir un projet très concret. Bien entendu, Mainstreet ne devient pas ni une galerie, ni un marchand d’art pour autant ; nous restons bel et bien une agence immobilière que nous tenons à faire progresser. Mais nos divers contacts dans le monde de l’art, nous ont fait réaliser qu’il existait un réel besoin d’exposer pour beaucoup d’artistes locaux talentueux mais méconnus. Nous avons donc décidé de prêter nos murs et un peu de notre temps à la mise à disposition gratuite d’une tribune pour ces artistes qui n’ont pas toujours la possibilité d’exposer et de vendre leurs œuvres.

Evidemment, il ne s’agit pas de nous prendre pour une vraie galerie, ni de faire de concurrence à d’autres exposants ou experts d’art, nous n’avons pas cette ambition mais, nous avons bien celle de motiver toute notre équipe à cette coopération qui nous enthousiasme déjà beaucoup.

Et quoi de plus agréable que de travailler dans des bureaux décorés par des artistes ?  

Rendez-vous au 25/10/2018, date de lancement du projet où seront exposés 2 artistes peintres féminins. Il s’agit de Luna Rudolph une artiste danoise qui vit au Luxembourg, qui dessine, peint, et fait de la photographie depuis son plus jeune âge. L’autre artiste s’appelle Anna de Michele qui est une artiste luxembourgeoise pleine de talent. 

Nous vous les présenterons toutes les deux dans notre prochaine newsletter et sur notre compte facebook.

Regard sur un mouvement architectural qui devrait changer notre manière de vivre en ville.

Un peu partout de nouveaux projets architecturaux voient le jour avec l’ambition de laisser la nature prendre le dessus sur l’architecture. « Intégrer un maximum de verdure au coeur même des centres urbains c’est l’une des priorités affichées par les plus grandes villes du monde aujourd’hui confrontées à une urbanisation démesurée ». (Echo-logis)

Alors que la population humaine continue de croitre dans nos villes et que la superficie mondiale des forêts continue de diminuer, des architectes, des investisseurs publics et privés, se mettent à réfléchir ensemble à compenser cette perte de nature en installant de nouveaux projets architecturaux en plein cœur de nos villes. Cela s’appelle le verdissement vertical ou l’Eco-conception urbaine.

Elle tend à rendre la ville supportable par la nature et l’environnement urbain supportable par l’Homme. Elle tend également à résoudre le problème de l’étalement urbain qui gaspille du sol, demande de l’investissement pour l’entretien d’infrastructures couteuses, encourage l’utilisation de transports motorisés privés, et augmente la consommation énergétique et les émissions polluantes.

D’autres projets envisagent même de passer du verdissement vertical à la ferme verticale, en développant une nouvelle forme d’agriculture urbaine pour nourrir les populations des villes. Mais, nous en parlerons dans un autre chapitre.

Quoi de mieux que d’illustrer ce chapitre en vous parlant du projet « 25 Verde » qui s’est développé en lieu et place d’une ancienne usine du quartier de San Salvarino à Turin même.

Après 5 ans d’efforts, l’ancienne usine des années 70 a fait place à un magnifique projet immobilier constitué d’uneforêt d’arbres en pot et des branches en poutres d’acier qui déguisent un immeuble de 5 étages. Conçu par le génial architecte Luciano Pia, 25 Verde, lie harmonieusement plantes et ciment dans une tentative d’échapper au béton urbain en intégrant de la vie dans la façade du bâtiment.

Mais ce bâtiment, n’est pas simplement une oasis verdoyante au milieu de la ville. Il répond à plusieurs objectifs :

-Le premier objectif de cet ensemble d’appartements insolites est d’offrir à ses résidents une protection contre la pollution urbaine.
Ainsi, la résidence de 63 appartements a été entourée de 150 arbres. La végétation peut ainsi absorber jusqu’à 200 000 litres de CO2 par heure aidant à éliminer les gaz nocifs causés par les voitures et les sons des rues animées de l’extérieur. Grâce à un ingénieux système d’énergie géothermale, l’eau de pluie est récupérée et acheminée vers les racines pour abreuver les arbres.

-En deuxième objectif, la résidence doit proposer des performances écologiques hors pair. La végétation crée un microclimat idéal à l’intérieur du bâtiment en protégeant des températures externes les plus extrêmes. L’été, les habitants peuvent rester au frais grâce aux épais feuillages et l’hiver venu, les arbres quittent leur verte parure pour laisser passer un maximum de lumière au sein des habitations. C’est non seulement bon pour le moral des occupant mais permet dans le même temps de réchauffer l’intérieur des appartements.

-En troisième objectif, les arbres agissent également comme un rempart contre les bruits environnants ce qui est avantage important lorsqu’on réside en centre-ville !

Pour autant très utiles, ces nouveaux projets architecturaux restent chers à développer et à rentabiliser. 1 an après la livraison de la résidence 25 verde, certains des appartements vendus plus chers que la moyenne, entre 4000 et 6000 euros du m2 n’avaient pas encore trouvé preneur.

Dans ce cas précis, il a fallu d’abord créer un espace naturel et de construire ensuite des appartements autour des espaces laissés. L’optimisation de l’espace foncier ne pas être une priorité.  C’est peut-être le prix à payer s’il l’on veut pouvoir retrouver nos liens ancestraux avec la nature en vivant dans des bâtiments entourés d’une « peau verte » et vivante.

Si l’homme moderne n’est pas encore prêt à quitter son mode de vie urbain pour retourner vivre dans la nature, peut-être que c’est à lui de l’inviter chez lui. (out-of-the-Box.fr)

Voir le reportage: https://www.youtube.com/watch?v=LX60JTgCGqE

Jvacca.

Sources: Echo-logis, Maison-monde.com, Wikipedia